sarl traditions maconniques

Rite Écossais Primitif Rituels et cérémonies

(Code: 9782352130840)

Envoyer à un ami
29,00 EUR
Ajouter au Panier
Rite Écossais Primitif Rituels et cérémonies

 RITE ECOSSAIS PRIMITIF
RITUELS et cérémonies

RITUEL AU GRADE D’APPRENTI

RITUEL AU GRADE DE COMPAGNON

RITUEL AU GRADE DE MAITRE MAÇON

RITUEL DES MAITRES DE LOGE INSTALLÉ
OU MAÎTRE DE SAINT-JEAN

MAITRE PARFAIT ECOSSAIS CHEVALIER DE SAINT-ANDRÉ
CHEVALERIE DE SAINT-ANDRÉ
CHEVALIER DE SAINT ANDRÉ

RITUELS ECUYER NOVICE ET CHEVALIER DU TEMPLE
(Chevaliers Bienfaisants de la Cite Sainte)
 
A Propos du Suprême Conseil des Rites Confédères

 

En notre bref de passation des pouvoirs magistraux au TSFGérard KLOPPEL, nous avons fait allusion au Suprême Conseil des Rites Confédérés. Il est utile d’en préciser l’existence réelle.

 

Successeur du GMTEDER (Charles Détré), le GM Jean BRICAUD décida d’adopter pour les loges de Memphis-Misraïm les rituels du Rite Écossais Ancien Accepté. Celui-ci ne délivrant pas de patente de ce genre, il s’adressa au Suprême Conseil des Rites Confédérés des États-Unis et celui-ci lui adresse une patente en date du 30 septembre 1919. En cette patente, il conférait au GM Jean BRICAUD, pouvoirs de constituer des loges, chapitres, etc, pour le Rite de Cerneau (équivalent au Rite Écossais Ancien Accepté), au Rite Early Grand Scottish Rite (Rite Écossais Rectifié), et au Rite de Misraïm (non à celui de Memphis que le GMBRICAUD possédait déjà de par cette succession).(1)

 

Le GComm d’Honneur du Grand Orient de France, le TILLFJean CORNELOUP, a déploré en un de ses ouvrages que « les Francs Maçons ne lisent pas… ». Il apparaît donc nécessaire de préciser pour les ignorants involontaires de la Franc-Maçonnerie (ils sont nombreux en toutes les obédiences) ce qu’était le Suprême Conseil des Rites Confédérés des États-Unis. Il n’était que l’antenne américaine du Grand Conseil des Rites Unis, fondé au début de l’année 1845 à Edimbourg et groupant à peu près tous les Rites maçonniques connus (Cf., R.S Lindsay, 33ème, Grand Secrétaire Général du Suprême Conseil du Rite Écossais Ancien Accepté pour l’Écosse, en son ouvrage « Le Rite Écossais pour l’Écosse, page 106). Il est également cité, sous le nom de Souverain Collège des Degrés Maçonniques Unis, (traduction Française fantaisiste), par la « Cyclopaedia of Fraternities – 2ème édition 1907, page 67), in « Etude sur la Franc-Maçonnerie Américaine » de Arthur PREUSS (Saint-Louis, USA, 1908).

 

La patente du 30 septembre 1919, délivrée à Jean BRICAUD par le Suprême Conseil des Rites Confédères des États-Unis, est citée PAR Albert LANTOINE en sous ouvrage « La Franc-Maçonnerie chez elle » (page 298, éd. Slatkine, Genève, 1981, 2ème édition revue et augmentée).

 

Albert LANTOINE, Grand Officier du Suprême Conseil de France du Rite Écossais Ancien Accepté, historien sceptique et voltairien, ne met pas en doute la réalité de cette patente, et, par voie de conséquence, la valeur maçonnique de l’autorité qui la délivra. Il ironise simplement sur le peu de résultats que le G BRICAUD en tira. Cette patente fut, par la suite, également citée par notre TILLFAlbert COOLS, en son essai sur l’Histoire du Rite Ancien & Primitif de Memphis-Misraïm en France », tiré en juin 1971. Précisons que cette patente, et les archives du dit Rite, furent saisies par la Gestapo en septembre 1941, par le truchement de la Milice du gouvernement de Vichy, et que nous n’avons jamais pu les récupérer.

 

Et le 26 mars 1944, le successeur du GM Jean BRICAUD, le TFConstant CHEVILLON, était arrêté par la police politique de Vichy, et assassiné dans la nuit qui suivit, à Lyon.

 

Robert AMBELAIN

 

(1) Dans une lettre de 1919 JEAN BRICAUD confirme que le Grand Conseil des Rites Confédérés lui délivra une parente lui permettant d'établir en France « Tous les Rites » du Grands Conseil. Rite Écossais, Memphis & Misraïm Sanctuaire Mystique, Ordre Royal d'Écosse etc..