sarl traditions maconniques

Traite de la Chymie de Christophle Glaser

(Code: 9782353170135)

Envoyer à un ami
39,00 EUR
Ajouter au Panier
Traite de la Chymie de Christophle Glaser

 TRAITE DE LA CHYMIE

ENSEIGNANT PAR UNE BRÈVE ET FACILE MÉTHODE, TOUTES LES PLUS NÉCESSAIRES PRÉPARATIONS.

Par CHRISTOPHLE GLASER 1663

DONNE

à Paris le huitième jour d'Avril, l'an de grâce mille six cens soixante trois, et de notre Règne le vingtième. Par le Roy en son Conseil a Signé IVSTEL. Les Exemplaires ont été fournis. Achevé d'imprimer pour la première fois le 18, Avril 1663.


Mise en page corrigée et améliorée par Joseph CASTELLI
Et réédité par les ÉDITIONS CASTELLI en 2007.

Les Auteurs qui ont traité de la Chymie, ont eu des lumières et des sentiments fort différents, d'où vient qu'ils en ont écrit bien diversement. Ceux qui se sont appliqués à la haute Chymie, et qui ont pénétré dans ses plus grands mystères, se sont contentés d'en avoir la connaissance; Et quoi qu'il paraisse qu'ils aient eu dessein de se faire entendre, ils ont pourtant écrit si obscurément, que l'on a sujet de douter s'ils ont débité des réalités, ou s'ils n'ont pas donné des fantômes pour des corps, et des épines pour des fruits. D'autres qui n'ont pas volé si haut, ont eu pourtant des belles connaissances et même ont découvert des prépa­rations, lesquelles les rendent considérables à la postérité ; mais ils ont aussi cherché de se satisfaire eux-mêmes, et ont pris plaisir d'embarrasser esprits, et les jeter dans des laby­rinthes, sans leur donner des moyens pour s'en tirer. D'autres bien moins ca­pables, ont eu pourtant quelques pe­tites lumières, mais n'ayant pas tout su, ou travaillé eux-mêmes tout ce qu'ils ont dit, et désirants pourtant de passer pour habiles dans un Art qu'ils ne possédaient qu'à demi, ont fait passer leurs imaginations pour des vérités constantes, dans lesquelles la pratique a souvent découvert la fausseté et leur insuffisance. D'autres enfin, qui ne méritent pas d'avoir le nom de Chimistes, mais plutôt de souffleurs ignorants, travaillent sur des recettes copiées ou dérobées, lesquelles ils prennent souvent à contresens, et ayants consumé leur temps et leur argent, ou celui des autres, dans un travail ridicule, ont fait plusieurs compagnons de fortune, en engageants le vulgaire, sous des promesses de les enrichir, dans la pratique de certaines choses, qui font passer le meilleur métal en fumée, à moins qu'ils n'en fassent passer quelque partie dans leurs mains, ce qui n'est pas la moindre de leurs opérations.